Études médiatiques

Les médias ont pris une place toujours croissante dans nos sociétés depuis la deuxième moitié du 19e siècle et le développement massif de la presse écrite. Leur place est même devenue tout à fait centrale dans nos vies quotidiennes et ils jouent dorénavant un rôle considérable dans les transformations de nos sociétés, que celles-ci soient d’ordre culturel, économique, politique, social, technologique ou… communicationnel. En fait, le développement des médias contribue à façonner nos sociétés alors que les formes prises par ce développement témoignent aussi des changements de nos sociétés en cours.

Pour analyser ces situations, pour comprendre les positions des différents acteurs du secteur des médias, pour agir dans ce secteur, la concentration en études médiatiques propose de s’intéresser à la fois aux structures de l’industrie médiatique, aux politiques publiques dans ce secteur, aux pratiques développées par les utilisatrices et utilisateurs, aux caractéristiques des dispositifs de médiatisation et de médiation, ainsi qu’à la dimension publique de ces dispositifs et de leurs usages.

Le but de la concentration en études médiatiques de la maîtrise en communication est d’appréhender les médias de manière transversale puisque toutes les industries médiatiques, de la presse écrite traditionnelle au web, en passant par le cinéma, l’édition, la musique, la radio et la télévision, sont concernées par les changements en cours, tout en tenant compte des éventuelles spécificités de chacun de ces médias. Il importe aussi de mettre l’accent sur des tendances à l’œuvre depuis plusieurs décennies : industrialisation, marchandisation, concentration, financiarisation, numérisation, ces tendances n’étant d’ailleurs pas sans contre-tendances en raison de la création de médias dits « alternatifs », qui mettent plutôt l’accent sur des dimensions telles que le refus de la marchandisation ou la nécessaire démocratisation.

Objectifs

La concentration en études médiatiques a pour objectifs :

  • d’analyser les liens entre les mutations des médias et les changements culturels, économiques, politiques, sociaux et technologiques de nos sociétés d’un point de vue interdisciplinaire et transmédiatique;
  • de proposer à la fois un point de vue conceptuel des dynamiques présentes entre continuités et émergences et une approche empirique des phénomènes à l’œuvre;
  • de renforcer les capacités d’analyse des étudiantes et étudiants, que ceux-ci proviennent de formations à dominante conceptualisante ou professionnalisante;
  • d’aider non seulement les étudiantes et étudiants à mieux analyser les mutations permanentes du secteur des médias, mais également à comprendre les positions et les activités des acteurs du secteur et à agir dans ce milieu.
Structure de la concentration et cours à suivre

La concentration en études médiatiques comporte :

  • une formation générale de 9 crédits qui est commune à tous les étudiants à la maîtrise;
  • une formation spécifique de 12 crédits;
  • des activités de recherche totalisant 24 crédits.

FORMATION GÉNÉRALE – 9 crédits
Le cours suivant (3 crédits) :

  • FCM7000 – Études en communication : aspects épistémologiques, méthodologiques et critiques

Un cours parmi les suivants (3 crédits) :

  • COM7016 – Approches psychosociologiques en communication
  • COM7017 – Approches sémiotiques en communication
  • COM7018 – Approches anthropologiques en communication
  • EDM7019 – Approches sociopolitiques en communication
  • EDM7020 – Approches théoriques en communication médiatique

Un cours parmi les suivants (3 crédits) :

  • FCM7109 – Stratégies de recherche mixtes
  • FCM7110 – Stratégies de recherche qualitative

FORMATION SPÉCIFIQUE – 12 crédits
Quatre cours au choix parmi les cours des orientations suivantes, selon l’offre par trimestre :

  • EDM7509 – Organisation économique des industries médiatiques et culturelles
  • EDM7510 – Politique et gouvernance des médias et de la culture
  • EDM7815 – Réception et appropriation des médias
  • EDM7816 – Espace public et médias
  • EDM7817 – Mondialisation et médias
  • EDM7818 – Médias et intermédialité
  • EDM7819 – Médias et médiations
  • FCM790X – Séminaire de recherche en communication

Ou tout autre cours de cycles supérieurs choisi à l’intérieur ou à l’extérieur du programme avec l’autorisation de la direction du programme.

ACTIVITÉS DE RECHERCHE – 24 crédits
FCM7920 – Projet de mémoire (3 crédits)
et
Mémoire de recherche, d’intervention ou de création (21 crédits)

Cheminements type

Cheminement à temps complet

AutomneHiverÉté
An 11) FCM7000

2) ) 1 ou 2 cours de formation spécifique

3) et/ou EDM7020 
1) COM7016 ou COM7017
ou COM7018 ou EDM7019
ou EDM7020

2) FCM7109 ou FCM7110

3) 2 cours de formation spécifique  
1 ou 2 cours de formation spécifique
An 2FCM7920 (Projet de mémoire)
+ possibilité d’un cours si scolarité non terminée 
Rédaction du mémoire
Rédaction du mémoire

Cheminement à temps partiel

AutomneHiverÉté
An 1FCM7000 COM7016 ou
COM7017 ou
COM7018 ou
EDM7019 ou
EDM7020 
Aucun cours ou 1 cours de formation spécifique
An 21 ou 2 cours de formation spécifique FCM7109 ou FCM7110 Aucun cours ou 1 cours de formation spécifique
An 31 ou 2 cours de formation spécifique ou
FCM7920 (projet de mémoire)
1 ou 2 cours de formation spécifique ou
FCM7920
FCM7920 ou
Rédaction du Mémoire de recherche 
An 4Rédaction du mémoireRédaction du mémoireRédaction du mémoire
Unités de recherche

Centre de recherche interuniversitaire sur la communication, l’information et la société (CRICIS)

Le CRICIS s’est fixé pour objectif premier de constituer un pôle d’excellence dédié aux analyses des rapports entre communication, information, culture et société. Pour ce faire, nous privilégions les perspectives critiques à la fois pour favoriser la pratique systématique de la réflexivité qui doit être au cœur de toute démarche de recherche et pour mettre en évidence tant les inégalités sociales face aux processus et phénomènes communicationnels que les rapports de pouvoir et les potentialités en matière de changements sociaux. Nous nous distinguons en accordant une place centrale à la fois aux recherches macro et micro, à l’importance des contextes structurants, tout en étant attentifs aux innovations d’ordre individuel et collectif, et au temps présent, tout en situant nos problématiques dans le long terme.

Centre de recherche sur la communication et la santé (ComSanté)

ComSanté poursuit une double mission de recherche interdisciplinaire et de mobilisation des connaissances en matière de communication et santé (health communication), que Lise Renaud et Carmen Rico de Sotelo définissent comme « l’étude et l’utilisation de stratégies de communications interpersonnelles, organisationnelles et médiatiques visant à informer et à influencer les décisions individuelles et collectives propices à l’amélioration de la santé ». ComSanté réunit des chercheurs de plusieurs établissements d’enseignement québécois, dans une perspective résolument interdisciplinaire. Le centre tisse également des partenariats avec différents acteurs du secteur de la santé publique et de la sphère médiatique.

Groupe de recherche sur l’information et la surveillance (GRISQ)

Le GRISQ a pour mandat d’étudier comment les technologies socionumériques, en tant que vecteurs de production, de cueillette, de circulation et de consommation d’informations, s’inscrivent dans le déploiement des formes de surveillance au quotidien. À ce titre, le groupe mène une étude plus approfondie sur la géolocalisation, le phénomène du Big Data et l’application des rapports et des modalités propres aux jeux vidéo à d’autres contextes communicationnels (ludification) comme stratégie de collecte de données.

Laboratoire d’analyse de presse Caisse-Chartier

Le principal mandat du laboratoire est d’assurer l’amélioration des connaissances dans le domaine de l’analyse de presse et, plus largement, l’analyse de contenu. Dans ce but, le Laboratoire réalise différentes études, dont une série portant sur la triangulation du discours public. Le laboratoire prévoit également déposer des demandes de subvention afin de développer des projets de recherche fondamentale. Centre rattaché à la Chaire de relations publiques et communication marketing

Laboratoire de recherche sur la culture de grande consommation et la culture médiatique au Québec

Le Laboratoire de recherche sur la culture de grande consommation et la culture médiatique au Québec concilie les besoins de la recherche en histoire culturelle et les possibilités offertes par la technologie dans le contexte des humanités numériques, et ce, afin de montrer comment et dans quelle mesure la culture de grande consommation et la culture médiatique contribuent à structurer l’imaginaire collectif québécois, des années 1920 à nos jours. Prenant pour objet les romans en séries, la chanson, la littérature radiophonique, la littérature en fascicules, la télévision populaire et les best-sellers, il permettra de les saisir comme productions à la fois matérielles, culturelles, médiatiques et formelles, dans une perspective multidisciplinaire qui contribuera à en dégager les aspects systémiques. En plus de fédérer un ensemble de données dispersées, difficilement accessibles et peu maniables sous leur forme actuelle, le Laboratoire permettra de les organiser et de les interroger dans une perspective novatrice en les mettant en relation. Le Laboratoire contribuera ainsi à mettre au jour les processus d’appropriation culturelle à l’œuvre dans et par l’imaginaire médiatique québécois, de même qu’il permettra de comprendre comment, à travers cet imaginaire, se cristallisent différents états du rapport au monde qui prédominent à chaque époque.

Laboratoire sur la communication et le numérique (LabCMO)

Le LabCMO regroupe des chercheurs et chercheuses qui s’intéressent aux usages des technologies et des médias numériques sous l’angle des mutations qu’ils suscitent dans la société. Les travaux du LabCMO mobilisent des approches interdisciplinaires, majoritairement d’orientation qualitative ou mixte, pour aborder : les médias numériques et leurs publics; les pratiques informationnelles et culturelles émergentes et les nouveaux dispositifs de médiation; la sociabilité, l’identité et l’agir politique en ligne; l’engagement citoyen en contexte numérique; les enjeux sociopolitiques du capitalisme informationnel et des mouvements alternatifs (logiciel libre, production par les pairs, science citoyenne, données ouvertes, etc.); le travail et les dynamiques de collaboration dans les environnements numériques. Fondé en 2002, le LabCMO s’étend sur deux campus principaux, soit à l’Université du Québec à Montréal et à l’Université Laval (Québec).

Faculté de communication

La Faculté de communication est le plus important pôle d’enseignement, de recherche et de création en communication au Canada. Sa poursuite de l’excellence repose sur la qualité de ses programmes, la renommée de ses diplômés et son étroite collaboration avec les milieux professionnels.

Suivez-nous

Coordonnées

Université du Québec à Montréal
Faculté de communication
Pavillon Judith-Jasmin
1495, rue St-Denis
Montréal (Québec) H2X 3S1